CIDRE Journée 3 (décembre 2015)

Comme vous l’attendiez tous et toutes, voici donc la troisième journée du championnat.

Bon il faut être franc, le début du championnat n’a jusque là pas été glorieux. Cependant, notre équipe locale, les Wildboar arrivent à se maintenir en milieu de tableau. Le propriétaire de nos deux équipes a promis de faire de sévères changements lors des prochains matchs. Cependant, pour ce soir rien de bien neuf sous l’océan (comme on dit chez les Kalimarins).

Pour cette soirée exceptionnelle, l’opposant de ce soir est le coach Cédric. Il est à la tête de deux équipes en forme en ce début de saison les Zee et les Asterians.
Il ne faut pas se le cacher, se sont de sacrées équipes de tricheurs enfin de détourneurs de règles. Cela ne va pas être une soirée si simple…

Ici Bob le moche et je vais vous relater cette grande soirée sportive.

Pour ce premier match, Nous allons avoir droit à l’affrontement des Asterian face aux Pet Ersen.
L’avantage psychologique est clairement du côté des Asterian. Les Pet Ersen ont du mal à éviter les 7-0 voire même à engranger des fans ou de l’expérience (à part deux joueurs).
Le public est venu nombreux mais aucune pancarte en faveur des monstres marins. Le coach Guillaume donne ses dernières recommandations (sachant bien que celles ci ne seront pas entendues).


 

L’arbitre se rapproche et le gong retentit.

WP_20151227_001

ROUND 1 :

L’engagement se fait par les Asterian. Le n°6 se place près de la balle tandis que le 2 coure se placer en zone d’enbut. Le 1 ramasse majestueusement la balle et profite de son action gratuite pour se placer en position de tir. Il tire et marque sans difficulté (doublé). Les fans sont déchaînés (3 fans donc un dé bonus).

SCORE 1 – 0

ROUND 2 :

Ghoulys sprint en direction des 3 points. Crabos tente une première offensive sur le 1 mais ne fait que le repousser en lui faisant un petit croche pince. Crabos se reprend et fonce sur le 2… mais échoue encore. Insector court vers la balle… et la rate. Fin du round.

ROUND 3 :

WP_20151227_003

Le 6 se rapproche d’Insector et se met à plonger. L’arbitre (payé certainement) estime qu’il y a faute et expulse Insector pour 3 tours. Le 6 se relève et en profite pour se déplacer. Le 1 se relève et se dirige vers la balle en la ramassant sans problème. Pendant ce temps, le 8 fonce sur Ghoulys et le met à terre. Le 1 profite de cette diversion pour courir droit vers la zone à trois points et tir ! Goaalll !!! Un fan hurle de bonheur !

SCORE 4-0

ROUND 4 :

Une fois encore, la partie commence mal pour les Pet Ersen. Le coach Guillaume ne réagit même plus sur son banc. Prépare-t-il quelque chose ?
Poulpy fonce sur le 1 et le sort pour deux tours. Pendant ce temps, Coutoulou (qui était dans les remplaçants) rentre sur le terrain, force sa course et frappe le 6 qui sort 3 tours. Coutoulou souhaite refaire la même chose sur le 2 mais la surprise n’est plus là et son attaque échoue. Crabos n’est pas en reste et frappe le 2 qui sort un tour. Raptor prend la balle et s’arrête vers la zone de but à bout de souffle.

ROUND 5 :

WP_20151227_007

Le coach Cédric fait appel enfin à son assistant de défense. Pendant ce temps, à la surprise générale, l’arbitre agit bizarrement et estime que Raptor a fait un coup tordu. Celui-ci est expulsé du match. La vidéo ne montre pourtant rien d’anormal…
La balle est dispersée. Le 7 rentre sur le terrain. Le 8 avance pour protéger la balle. Le 3 avance et rentre sur le terrain. Le 7 se met derrière le 5. Le 6 ramasse la balle et attend.

ROUND 6 :

Coutoulou sprinte. Crabos aussi. On a l’impression de voir des homards dans un aquarium. Coutoulou frappe le 8 mais échoue lamentablement. Ghoulys se relève et réussi par miracle à faire échapper la balle au 6 et à la rattraper au vol. Crabos tape à son tour le 8 qui sort un tour.

ROUND 7 :

WP_20151227_008

Le 4 plonge près de Crabos. L’arbitre se fait avoir encore une fois et l’expulse deux tours. Le 3 tente de voler à Ghoulys la balle et la récupère profitant de la surprise. Le 2 rentre en jeu. Le 3 arrive à s’échapper de sa mauvaise place. Le 4 se relève.
On sent que cette équipe prépare quelque chose et agit de concert.

ROUND 8 :

Coutoulou tape le 7 et le rate. Ghoulys vexé tente de récupérer la balle. Insector de nouveau sur le terrain sprint pour être proche de l’action. Coutoulou frappe de nouveau le 7 et échoue de nouveau. Soudain la balle explose à la surprise générale.

ROUND 9 :

WP_20151227_010
On dit toujours, mieux vaut être expulsé que tué mais bon quand même…

 

Le 7 plonge à côté de Coutoulou. L’arbitre décidément très rapide à accuser expulse le Kalimarin. Le nombre de joueurs adverses diminue. Le 4 en profite pour se placer derrière Nemo. Le 8 rentre et tente de frapper Ghoulys. Celui-ci résiste. Pendant ce temps, le 2 force sa course et réussi à récupérer de belles manières la balle et continue son avancé. Il se place pour tirer et tout en prenant son temps marque !

SCORE 7-0
Les fans sont en délire!

Le numéro 3 des Asterian est nommé homme du match.

Encore une fois, nous venons d’assister à une défaite 7-0 de notre équipe locale les Pet Ersen. Même s’il faut dire que le rythme du match n’était guère entrainant et que les décisions constantes de l’arbitre étaient étranges, nous avons du soucis à se faire. Et ce n’est pas le coach Guillaume qui me contredira. Des mauvaises langues disent qu’il a même fini par encourager les Asterian à la fin.


WP_20151227_011.jpg

Allez on reprend un peu de moral et on se met à l’écoute. Voici l’heure de notre deuxième équipe les Wildboar qui vont recevoir les Zee. Les petits singes ont déjà semble-t-il bien saccagés les loges. Cette équipe ne paye pas de mine mais ils occupent la troisième position avec un match de retard. Il va falloir faire très attention.

ROUND 1 :

WP_20151227_012

L’engagement est donc pour les Wildboar. Le coach Guillaume semble plus réveillé. Il est debout et se comporte comme un vrai coach. Il choisit de temporiser (pioche). Wall-E court. Arduina, la star de l’équipe, avance et se place. Chappie décide de courir vers la balle et se prend les pieds dans un singe. Il tombe en laissant échapper la balle.

ROUND 2 :

Les Zee tentent leur singerie mais cela échoue. Le 8 se place derrière Arduina et le 9 derrière Wall-E. Le 3 se positionne derrière Chappie. Le 2 se rapproche de la balle et la rate.

ROUND 3 :

Cop se transforme en Garde. Il fonce sur le 3 et le fait sortir deux tours. Chappie se transforme et devient à son tour un Garde. Il fonce sur le 2 et frappe de toutes ses forces mais le singe évite (5 succès à éviter!). Le coach Guillaume temporise.

ROUND 4 :

Les Zee récupèrent un dé de coaching. Le coach Cédric temporise. Le 2 se relève et slam Wall-E qui tombe à terre. Le 9 sprint derrière Cop. Le 4 rentre sur le terrain. Le 8 se déplace derrière Chappie. Le 1 ramasse la balle et court en direction du but. Il force son déplacement et à bout finit par tirer. Il marque !!! Un tir hautement spectaculaire qui lui vaut un fan !

SCORE 0-1

WP_20151227_014

ROUND5 :

Chappie fonce sur le 2 et le fait seulement tomber. Arduina se transforme en Striker. Le coach temporise. Wall-E se relève. Arduina ramasse la balle et court. A bout de souffle, sous l’influence du coach Guillaume, elle force et tire à trois points. Goallll !!!! Malgré cela la foule ne réagit pas.

SCORE 2-0

ROUND 6 :

WP_20151227_020

Le 10 se rapproche d’Arduina. Le 2 tente de se relever et se dirige derrière elle. Le 4 tape Arduina qui est seulement repoussée. Le 10 tente de la frapper mais échoue. Le 4 se dirige entre Wall-E et Chappie. Le 2 retente de taper Arduina… de nouveau elle s’enfuit. Le 9 tape Cop mais échoue. Le 8 ramasse la balle se place mais à bout de souffle ne peut continuer.
Un mauvais tour pour les Zee et une incroyable résistance d’Arduina.

ROUND 7 :

Wall-E tente de frapper le 4 mais échoue. Chappie affronte le 4 et le repousse. Chappie tape le 2 et le repousse. Cop fonce sur le 9 mais échoue.
Un tour aussi nul que le précédent pour les Wildboar.

ROUND 8 :

WP_20151227_024

Les Zee gagnent un dé de coaching. Le coach Cédric réfléchit. Le 2 se relève et s’évade. Le 4 tape Wall-E mais échoue. Le 2 retente face à Arduina mais échoue de nouveau. Le 10 s’acharne mais ne fait que permettre à Arduina de s’échapper. Le 4 frappe le 1 sans succès. Le 8 avance force, force mais la balle lui échappe… Elle revient au centre. Le 2 d’énervement met toutes ses forces contre Arduina qui finit par craquer et sortir un tour.

ROUND 9 :

Wall-E subit les foudres du public. Cop affronte le 9 sans succès. Briareos sprint. Chappie repousse le 4. Briareos ramasse la balle et se déplace en tête de raquette. Il tire et marque 2 points. Un dé de coaching lui est accordé.

SCORE 4-0

ROUND 10 :

WP_20151227_031.jpg

Les Zee sentent le danger se profiler. Ils gagnent trois dés de coaching. Le 2 se place proche de Chappie. Le 8 va derrière l’arbitre. Le 10 se met en position. Le 2 tape Chappie mais échoue. Idem pour le 10. Le 8 fait sortir Wall-E un tour. Le 4 se déplace en forçant mais tombe sur sa queue. La balle est de nouveau dispersée. Le 4 se relève et réussi à ramasser la balle.

ROUND 11 :

Le coach Guillaume est debout. Il fait signe à ses troupes. Wall-E slamme le 9 mais échoue. Cop tente la même chose sur le 4 et celui-ci sort deux tours. Arduina rentre sur le terrain et court vers la balle. Elle la ramasse. Elle se concentre et se dirige vers la zone à trois points. Elle tire et marque !
Une très jolie action récompensée par trois fans et surtout une victoire 7-0 !!!

SCORE 7-0

L’homme du match est Wall-E.


Whaou que d’émotions cher public ! Encore une fois les résultats sont en dent de scie. Une magnifique victoire pour les Wildboar et une terrible défaite de plus pour les Pet Ersen.

Il va falloir compter sur nos Chargers préférés j’ai l’impression!

Ce que je peux vous dire c’est que le coach Guillaume semble content et m’a fait un clin d’œil en partant. Du changement en prévision ?

C’était Bob le moche, en retranscription de cette troisième journée. Merci à la prochaine fois. A vous les studios.

CIDRE Journée 2 (novembre 2015)

Bonjour et bienvenu pour cette deuxième journée du championnat CIDRE !

C’est un vrai plaisir de vous accueillir dans mon petit chez moi. Je me présente Bob le Moche. Je serais votre commentateur sportif pour tous les évènements touchant à nos équipes locales de Dreadball. Avant de vous compter le plus fidèlement possible ce que nous a réservé cette deuxième journée, je vais tout d’abord vous faire une présentation de nos deux équipes préférées.

Né tout droit des doigts de fée de leur maître (qui est aussi devenu un des coachs concurrents de ce championnat), je vous présente les Wildboar!!! Un tonnerre d’applaudissement svp!!!

20160222_124957.jpg

De gauche à droite: n°1 Wall-E, n°2 Cop, n°3 Briareos, n°4 Marvin, n°5 Chappie, n°8 Arduina.

Et voici nos autres héros qui sont maintenant des locaux, ils nous viennent au final de pas si loin: les Pet Ersen !!!!

20160222_125147

De gauche à droite (dans l’ordre des numéros): Poulpy, Coutoulou, Crabos, Zoidberg, Ghoulys, Insector, Raptor et Nemo.

Maintenant, place à cette deuxième journée. L’enjeu n’était pas anodin surtout pour les Wildboar. Ce soir, ils sont opposés à leur créateur. Vont-ils pouvoir rivaliser?

Nous allons le savoir tout de suite…


 

Il faut dire que cette soirée était attendue. L’opposant de ce soir, le coach Nico n’est pas n’importe qui et ses équipes ont su montrer leurs talents lors de leur premier match.

Après leur victoire surprise lors de leur première journée, les Wildboar ont une grosse pression ce soir. En effet, outre le fait que leur opposant les Green Fathers sont des nains, leur coach n’est autre que le propriétaire de l’usine dont ils sont originaires. Certains  chez les POMMES (les parieurs interspaciaux) ont ouvertement annoncé qu’ils craignaient un logiciel pirate empêchant les robots de faire tout leur possible pour gagner. Mais avec les POMMES, on a l’habitude de la théorie du complot.
Il faut aussi souhaiter la bienvenue à Arduina (n°8) qui remplace Autobots (n°6), complétement détruit lors du dernier match.

Que dire sinon au sujet des Green Fathers… Ce sont des nains ! Cela suffit pour les craindre.

Vous connaissez la composition d’équipe des Wildboar, voici celle de leur opposant du soir avec leur poste respectif:

  • n°1 : ULFUND Guard
  • n°2: ULFEK G
  • n°3: ULFARM G
  • n°4: ULFAROR G
  • n°5: THOREK J
  • n°6: THOROR J
  • n°7: NARKINE S
  • n°8: KAZADRINE S

DSCN6909

Le match peut donc maintenant débuter. Les Green Fathers commence l’engagement.

ROUND 1 :

Ulfek se déplace pour mieux se positionner en zone de but.
Le coach temporise (pioche).
A l’aide d’un ordre (carte), le coach ordonne à Ulfek de slammer Wall-E et réussi. Il est cependant simplement repoussé.
Narkine en profite pour s’emparer de la balle, et suite à sa bonne prise en main se positionne pour un tir à 2 points.
Narkine tire avec deux dés et… but ! Deux fans se joignent à l’hystérie.

SCORE 1-0.

DSCN6918

ROUND 2 :

Le coach Guillaume temporise (carte).
Il ordonne à Wall-E de se transforme. C’est un échec.
Finalement, Cop actionne son mode transformation et devient un Guard.
Pendant ce temps, Briareos ramasse la balle et court se placer dans les buts adverses.
Il tire et marque. La foule ne semble pas du tout réactive…

SCORE 0 – 0

ROUND 3 :

Ulfaror avance et se place à l’arrière de Briareos.
Le coach utilise un art secret pour forcer Ulfaror à charger (une carte quoi) sur Briareos. Celui-ci est simplement repoussé.
Ulfaror vexé décide de continuer son acharnement et slamme de nouveau Briareos. Celui-ci chute devant cette violence et sort pendant un tour.
Le coach Nico calme ses troupes (pioche).
Ulfek n’écoute pas et se dirige tout droit vers Wall-E dans le but de le slammer (action avec une carte). Wall-E ne peut résister face à ce coup et se blesse durant deux tours.
Pendant ce temps, Narkine récupère la balle et se place devant la zone de tir.
Narkine décide de continuer pour la zone à 3 points.
Il tir et… rate.

ROUND 4 :

Arduina se transforme en Guard.
Puis, elle se dirige vers Narkine pour le slammer. Surpris, il sort pendant deux tours.
Marvin tente de se transformer et … échoue.
DSCN6925Cop tente un slamme sur Ulfek. C’est un véritable échec et Ulfek arrive non seulement à contre attaquer mais à expédier Cop dehors pour deux tours.
Le coach Guillaume décide de calmer ses troupes (pioche).

ROUND 5 :

Ulfek slamme Marvin qui est repoussé en tombant.
Thoror fait son apparition sur le terrain.
Coach Nico temporise. (pioche)
Kazadrine en profite pour sprinter vers la balle.
Il l’a ramasse en usant de l’appuie de la foule (un dé de fan).

ROUND 6 :

Arduina fonce sur Kazadrine qui est simplement repoussé.
Marvin en profite pour se positionner derrière le porteur de balle.
Arduina retente un slamme sur le numéro 8 et le repousse une fois encore.
Briareos retourne sur le terrain.
Marvin décide d’essayer de voler la balle mais ne fait que la faire tomber des mains de Kazadrine. La balle est deux fois dispersée.

ROUND 7 :

Coach Nico temporise.
Ulfaror court vers Arduina.
Il l’a slamme. Arduina sort deux tours.
Ulfek slamme à son tour Marvin qui sort deux tours. Les robots se font rares sur le terrain.
Kazadrine en profite pour brillamment ramassé la balle et courir se place pour marquer à deux points.
Il tire (avec l’appui de la foule) et… But !!!! Un fan rejoint les nains.

SCORE 2-0

ROUND 8 :

DSCN6935

Chappie tente de se transformer. C’est encore une fois un échec.
Cop rejoint ses amis sur le terrain.
Il tente directement de slammer Kazadrine mais celui-ci voyant le coup venir esquive sans problème (il faut dire que l’attaque quatre « 1 » fait peu de dégâts).
Coach Guillaume dépité temporise.
Chappie ramasse gentiment la balle.

ROUND 9 :

Thoror sprint derrière Chappie.
DSCN6937Ulfaror profite de cet appui pour slammer Chappie. Celui-ci prend de violents coups et tombe mais parvient à faire 4 sauvegardes.
Ulfek fonce sur Cop. Les deux se repoussent.
Ulfaror fonce sur Cop. Une fois encore Cop repousse les assauts.
Coach Nico réfléchit (pioche).
A l’aide d’un ordre puissant (carte), il force Thoror de ramasser la balle. Celui-ci s’exécute parfaitement, ce qui lui permet de se rapprocher de Kazadrine pour lui faire une passe. Le numéro 8 nain réceptionne parfaitement la balle (s’appuyant sur l’aide du public) mais pas assez pour faire une autre action.

ROUND 10 :

Wall-E sprint vers Kazadrine.
Il tente de lui voler la balle… échec.
Le coach Guillaume temporise.
Chappie se relève et court vers le porteur de balle.
A son tour, il souhaite voler la balle et … échoue.

ROUND 11 :

Narkine boude et refuse de jouer (carte « je sais »).
Le coach Nico réfléchit.
Ulfarm sprint vers Chappie.
Il slamme et parvient juste à mettre Chappie à terre.
DSCN6922Kazadrine tente de s’échapper de sa case en sprintant. Réussite face à deux joueurs.
Il se positionne et tir à trois points… But !!!!
Un fan se lève !

SCORE 5-0

ROUND 12 :

DSCN6947

Wall-E arrive enfin à se transformer en Striker.
Briareos attaque Kazadrine mais échoue.
Arduina s’en prend aussi à Kazadrine et… échoue lamentablement. C’est elle qui est repoussée.
Coach Guillaume s’enfonce dans l’alcool (pioche).
Arduina retente sa chance et échoue.
Wall-E court vers le but après avoir ramassé la balle.
A l’aide d’un ordre (carte), le coach Guillaume pousse Arduina à réattaquer… une fois encore échec.
Wall-E s’apprète à tirer à 4 points et… la balle explose !

ROUND 13 :

Coach Nico est bien content de son coup et en profite pour réfléchir (Pioche).
Ulfarm slamme Cop qui est mis à terre.
Ulfaror se dirige vers Briareos pour le slammer mais celui-ci prend les devants et se fait quand même mettre à terre.
Ulfund fonce sur Wall-E et rate son attaque.
Et là le coach Nico se rend compte qu’il lui manque une action pour le 7-0.
Et… à ce moment de la soirée une chose étrange est survenue. Nous avons vu un éclair éblouissant et nous nous sommes de nouveau retrouver avant cette action.
Narkine sprint, ramasse la balle et resprint vers la zone à 2 points.
Kazadrine s’écarte devant son ami.
Narkine tire et buttttttttt. Ce tir n’attire pas les foules qui se remette de la lumière blanche.

SCORE 7-0

Victoire des Green Fathers.
On peut tout de même retenir de ce match la chance extraordinairement absente de l’équipe des Wildboar. Un coup du coach Nico ? Une manipulation technologique ? Hummm…. Les discussions font rages sur les réseaux intergalactiques.
Toujours est il que la victoire est sans discussion possible (de toute façon ceux qui auraient pu rechigner ont perdu la mémoire).

Au total, avec 7 fans contre 0, les Green Fathers ont l’homme du match.
Ulfaror est acclamé par la foule et obtient la capacité Gardien.



C’est donc avec le cœur lourd et la chance fuyante que le coach Guillaume prépare sa deuxième équipe.
Les Pet Ersen ne sont pas en grande forme. Depuis que le coach Julien a vilement (comme un elfe) racheté les meilleurs joueurs de l’équipe originale, l’équipe, qui s’appelait avant les Pulpipi, ne possède maintenant dans son staff que des Rookies. Ceux-ci se sont fait exterminés, au niveau des points, lors de leur premier match perdant au round 4 : 7-0. Le moral des Pet Ersen n’est donc pas au beau fixe.

Ce soir, ils rencontrent les Stretch Goal. Les Amazones restent sur une victoire contre les Veer-Myns du coach Mathieu. Elles sont en forme et prêtes à en découdre.

Nous découvrons donc la composition des Amazones:

  • n°1: JENNINGS
  • n°2: JANESINNER
  • n°3: FISHBALL
  • n°4: TERRORLYDIA
  • n°5: DISCORDIA
  • n°6: KAISERIN
  • n°7: PULP
  • n°8: SKINBYRD

Voici donc sans plus attendre le résultat du match entre les Pet Ersen et les Stretch Goal.

L’engagement est pour les Pet Ersen. On remarquera que le coach Nico, confiant de sa victoire proche, se permet de tenter une nouvelle formation de départ. Le coach Guillaume tente une fois encore sa formation offensive.

ROUND 1 :

Zoidberg entame donc ce match. Il tente de foncer sur Skinbyrd d’entrée de jeu. Celle-ci parvient à facilement esquiver cette attaque.
Crabos en profite pour aller se placer pas loin de Discordia.
Il tente de la slammer et … échoue à son tour.
Ghoulys court, récupère la balle et s’avance vers la zone des trois points adverse.
Zoidberg retente un assaut sur Skindbyrd. Petite réussite, celle-ci sort pour un tour.

DSCN6965

ROUND 2 :

Pulp fait son entrée sur le terrain et va directement se coller à Ghoulys (l’ex-mannequin).
Janesinner fait un magnifique salto au dessus de Zoidberg et s’échappe ainsi de son étreinte.
Janesinner en profite pour se placer derrière Ghoulys et lui subtilise la balle sans problème.
Jennings profite de l’agitation pour sprinter vers la zone de but.
Janesinner court balle en main et se positionne pour réaliser une passe à Jennings. La balle prend son envol, et est magnifiquement réceptionnée. Jennings sur son élan en profite pour se positionner dans la zone à 3 points.
La numéro 1 des Stretch Goal se concentre et tire… Buuuuuuutttt

La foule est en furie sur cette ouverture du score très athlétique. 3 fans rejoignent la foule (ce qui donne un dé bonus).

SCORE : 0 – 3

DSCN6979

ROUND 3 :

Coutoulou tente de venger son but (logique maritime) en slammer Jennings. Mais c’est un échec.
Crabos en profite pour tenter d’ouvrir la zone de but des Amazones en slammant Discordia. C’est une petite réussite, celle-ci sort un tour.
Zoidberg tente d’immobiliser la nouvelle venue Pulp. C’est un échec.
Insector profite de la confusion pour ramasser la balle. Il fonce dans l’ouverture laissée par l’absence de Discordia.
Il tire…. buuuuutttttt. Le public endormi ne réagit pas.

SCORE : 0 – 2

ROUND 4 :

Skinbyrd sprint sur le terrain afin de se positionner pour gêner les fruits de mer.
Jannesinner court et sans difficulté ramasse la balle pour enchaîner sur un bon placement sur le terrain.
Kaiserin se réveille et sprint en réussissant des dash (au passage). Elle se place derrière Coutoulou.
Elle tente de slammer ce dernier… Mais il résiste tant bien que mal.
Pendant ce temps, Janesinner tireà deux points et marque.

La foule est une fois encore en délire et l’équipe gagne deux fans.

SCORE 0 – 4

ROUND 5 :

Crabos s’énerve et fonce sur Skinbyrd. La furie de celui-ci ne peut pas être arrêtée et Discordia sort du terrain suite à un état végétatif. ((les médecins nous diront plus tard qu’elle ne réussira plus jamais à se relever. Rassurez vous cher fan, elle est partie vers une ferme merveilleuse… non je rigole elle est morte!).
Zoidberg fonce sur Pulp et ne réussi qu’à la mettre KO sur le terrain.
Ghoulys change de stratégie et en récupérant la balle tente de faire une passe à Insector. Celui-ci réceptionne la balle sans ennui.
Poulpy slamme Kaiserin et celle-ci est simplement assommée.
Insector se concentre et tire pour deux points… Buuuuttttttt !!!

Le public comme ensorcelé par la beauté des Amazones ne réagit toujours pas.

SCORE 0 – 2

ROUND 6 :

Kaiserin se relève.
Pulp tente de faire pareille mais glisse sur son lacet et se retrouve de nouveau à terre (vous voyez les enfants qu’il faut bien attacher ses lacets !).
Janesinner sprint en forçant le pas sans soucis. Elle ramasse la balle, puis se redéplace dans la même action. La chance est une fois encore du côté du coach Nico (note pour ses futurs adversaires, vérifiez ses dés surtout les roses).
Terrorlydia fait sa première apparition sur le terrain en sprintant.
Janesinner tire à trois points. Sans surprise c’est le buuuuutttt !!!!

La foule est moins excitée (trop habituée?) mais un fan se mêle à la fête.

DSCN6973

SCORE : 0 – 5

ROUND 7 :

Ça commence à sentir mauvais pour les Pet Ersen. Le coach Guillaume ne sait plus quoi faire face à une chance absente et des joueurs qui n’en font qu’à leur tête. La moitié des consignes n’est pas appliquée.

DSCN6982

Crabos fonce sur Terrorlydia, qui se retrouve simplement assomée.
Zoidberg tente de faire pareil sur Fishball et échoue lamentablement.
Insector se retourne en direction de son coéquipier.
Ghoulys ramasse la balle et en profite pour tenter une passe à Insector (le duo de l’équipe!).
C’est une réussite.
Insector en profite sur sa lancée pour se retourner et tirer.
C’est un échec. La dernière chance semble être arrivée…

ROUND 8 :

DSCN6992

Janesinner (impérieuse ce soir) sprint et se place pour les deux points.
Fishball saute au dessus de la mêlée et avance.
Terrorlydia se relève et se place en défense.
Fishball fonce sur la balle, la ramasse et se rapproche de Janesinner.
Elle passe la balle sans problème.
Janesinner se retourne et se positionne.
Elle tire.
Buuuuuuuuuuuuuuuuuutttttttttttttttttttt !!!!!!!!

SCORE 0 – 7

L’arbitre Judge Dredd siffle la fin du match sur cette victoire sans appel.

Sans surprise, sur un total de 7 fans à 0, la femme du match est chez les Stretch Goal. Cependant, c’est Kaiserin qui est nommée ainsi.

Une autre défaite cuisante pour les Pet Ersen qui s’enfoncent dans le tableau. Leur dernier fan (enfin si on peut les appeler ainsi vu que c’est des planctons et qu’ils ne peuvent plus bouger du stade) hurle leur mécontentement.

Les Amazones sont acclamées.

Note pour l’organisateur : il y a tout de même quelques passages à niveau.
Jennings obtient Habilité.
Insector devient Frimeur (c’est ce qui ressemble de plus prêt au meilleur joueur de l’équipe c’est pour dire).
Crabos obtient Gardien.


Ce qu’on peut dire c’est que finalement le déplacement du coach Nico n’a pas été vain. Grand vainqueur de cette soirée, il est aussi la victime des folles rumeurs quant à sa chance ou la malchance de son adversaire.

Mais celui-ci aurait déclaré : « La chance n’a rien à voir dans le talent de mes équipes » ou quelque chose du genre (les propos ont été recueillis par George, notre représentant sourd et muet).

Merci à tous et toutes d’avoir suivi cette soirée en notre compagnie.
Une fois encore, vos équipes locales n’ont pas vraiment brillé. On a appris que le coach Guillaume avait été convoqué dans une assemblée extraordinaire, regroupant Sponsor et Dirigeant des clubs. Mais une vu le peu de coach actif en ce moment, quelque chose me dit que nous allons le revoir cette saison.

En tout cas, le challenge sera de taille le mois prochain. Mais en attendant n’hésitez pas à jeter un œil sur les résultats du mois qui arrivent petit à petit.

A vous les studios.

NB : les photos viennent directement des archives du coach Nico.

CIDRE Journée 1 (octobre 2015)

Si vous ne savez pas encore ce qu’est le CIDRE ou Dreadball, je vous invite à aller jeter un oeil sur le site dédié et / ou l’article d’introduction dédié.

 

Bonjour et bienvenu à vous tous pour cette première participation de vos deux équipes locales à cette compétition intergalactique le CIDRE (Championnat Intergalactique de DREadball).

Ce mois-ci, on ouvre le championnat face à un coach déterminé et entraîné Yannick. Il faut dire qu’il a le mental et la chance pour lui. Moi j’ai euh ben en fait pas grand chose on va dire la détermination?



 

Un peu d’histoire avant le résumé de ces matchs.

Afficher l'image d'origine

Comme vous le savez, notre petite ville a accueilli récemment la société Skynet Enterprise. Cette société galactiquement reconnue nous a fait l’honneur de venir s’installer ici. Alors certains iront polémiquer comme quoi ils recrutent pas localement, comme quoi ils se sont emparés de la ville par le biais de pot de vins ect… Des rumeurs tout ça. Bref, la société Skynet Enterprise est une entreprise robotique. Peu d’individus ont la chance de travailler au sein de leurs locaux mais la ville s’est agrandie grâce à la généreuse donation de son propriétaire. Dernièrement, ils se sont lancés sur le marché de l’armement avec leur dernière génération de T-800 mais aussi dans le domaine sportif avec l’arrivé de leur nouvelle gamme de Chromium Charger réalisé par le maître d’œuvre Nico (qui depuis a quitté le groupe).

A notre époque, rien de plus lucratif beau comme sport que le Dreadball. Les fans s’arrachent tous les produits dérivés et supportent fidèlement leur équipe. Le Président de Skynet Enterprise a donc eu la géniale idée de rejoindre l’aventure sportive. Pour cela, il a monté une équipe de Chromium fraîchement sortie de l’usine (le dernier a été conçu la veille) pour l’occasion. Or, le règlement du CIDRE (championnat récemment créé) est clair, deux équipes et un coach pour les mener tous. Ainsi, il fallait une deuxième équipe. Pour le coach, le choix du Président est assez mystérieux. Il s’agit de celui qu’on appelle par chez nous Guilou, un jeune du coin novice fraîchement embauché. Alors forcément pour nous ça nous fait plaisir, mais niveau expérience dans le domaine, ça vole pas haut.

Par contre, le choix de la deuxième équipe est plus difficile. Mais le hasard fait bien les choses. Car dans une planète pas si éloigné, une ancienne équipe de division 1, composée de Kalimarin Ancients, s’est vue rachetée suite à un dépôt de bilan. Même si les MVP sont partis, et que les derniers meilleurs joueurs ont été pillés rachetés par le coach Julien (autre futur concurrent du CIDRE), le Président a eu l’idée de prendre à bas prix généreusement les dernières recrues pour monter sa deuxième équipe.

Ainsi, Guilou se retrouve à la tête de deux équipes avec peu d’expérience et d’efficacité pleine d’ambition pour ce CIDRE. Les joueurs ne se connaissent pas, n’ont jamais joué ensemble, le coach n’a pas idée de ce qu’il fait… Bref tout le monde est fin prêt. C’est dans ce contexte que la première journée va avoir lieu.



 

Pour le résumé de cette première journée, je vais simplement reprendre ce que l’organisateur président directeur général mais aussi coach et joueur (faudra vérifier les attributions de score…), Jérôme, a écrit.

Dans la poule 1, le match oppose les Veer-Myns du coach Yannick face à nos Wildboar (les Chromium).

https://lecidreblog.files.wordpress.com/2015/11/p1020745-e1446496347899.jpg?w=1257&h=942

Le bien aimé commentateur de ce match, Jérôme, a simplement notifié la victoire sur le fil des Wildboar, après un match âprement disputé à l’extérieur. Sur le terrain, rares furent les moments où les joueurs Wildboar étaient 6…

Le championnat débute bien pour eux.


 

Dans la poule 2, Yannick donne des doses de drogue à ses humains prépare mentalement ses Humains face aux Nameless (autre nom des Kalimarin Ancients) qui ont pris le nom d’équipe des Pet Ersen et qui sont chez eux.

Voici donc le rapport de ce deuxième match selon toujours notre aimable reporter bénévole.

P1020772

Les Pet Ersen commencent le rush 1. La balle apparait en « 2 », juste devant un garde. Le coach Guillaume commence à donner ses ordres depuis le banc : « On rentre dedans tout de suite les gars » … Un premier garde commence donc par slamer un Striker à porté mais la vivacité de celui-ci ou la maladresse du premier fait que le Striker s’en sort sans problème. Du coup son collègue décide à son tour de slamer mais cette fois c’est un Jack qui est ciblé : 2 tours out. C’est à ce moment que le premier garde décide de slamer à nouveau, « ya pô de réson quiyi arrive et pô moa » hurle t-il avant de sortir pour 1 tour le Striker humain. Le #8 ramasse alors la balle – de justesse – et se met à courir en zone de Strike 1. Il tente sa chance 2 dés à 4+ mais … raté.

P1020774

Le rush 2 débute pour le coach Yannick avec 2 joueurs en moins sur le terrain. L’un de ses striker contourne le garde collant. L’un de ses garde slam le striker qui vient de rater le strike à 1 point, le sortant pour 1 tour. Coach Yannick décide alors de faire rentrer un Striker en jeu qui ramasse directement la balle. Il se déplace alors avant de passer la balle, la réception est parfaite offrant alors un mouvement gratuit qui positionne le Striker humain à 2 cases du Strike à 4 points ! Le coach joue alors un carte « lancer », le Striker bouge en Strike 4 et tir pour les 4 premiers points de ce match, grâce à sont style, il fait un double fan check qui lui rapporte un dé de coaching.

Le rush 3 commence avec 4 points de retard pour le coach Guillaume. La balle stop en « 4 ». L’un des garde attaque et met son adversaire au sol, la garde prend la place et se positionne pour un slam (dans le dos : bravo) d’un garde humain mais il ne le met qu’au sol. Le slam suivant sera contre le buteur qui ne pourra profiter de l’expérience qu’il vient de gagner, le Dreadball est un sport cruel qui ne tolère aucune faiblesse : il meurt sur le coup. Un striker nameless ramasse la balle avec une telle facilité qu’il arrive a courir jusqu’en zone de Strike à 1 et marque 1 point, ramenant le score à 3 en faveur des humains.

Nous sommes au rush 4 , la balle arrive en 6, le coach décide de tirer une carte. Le #2,  toujours alcoolisé de la veille a -1 dé pour ses tests. Il tire à nouveau une carte. L’une de ses carte lui permet de se relever et Slam dans le dos avec son autre garde qui titube mais son adversaire est blessé pour 1 tour. Un striker tente de ramasser la balle, double ! il commence à courir vers la zone de strike « 4 ».  Une carte de course va lui permettre de se positionner sur la zone à 4 points.

Le coach s’agite sur son siège,

Le public se met à hurler,

Le coach adverse ferme les yeux,

Le striker lance …… STRIKE !!!!!!! 7 points au Rush 4, le match le plus rapide de la journée!

P1020783

Bravo au coach Yannick, il a parfaitement utilisé les cartes (2 au début du match pour les humains), c’est pas pour rien qu’il a gagné la coupe des brumes.


Les Pet Ersen commencent mal la saison. Mais vu la qualité des recrues et le peu d’entraînement le score semble logique.

A part l’aspect sportif, quelques fans ont commencé à faire leur apparition et le stade n’était pas vide. Le Président a eu l’air ravi des résultats (même sur le second match), et il nous a indiqué qu’il allait tout de même recruter un reporter local pour reporter les matchs.

Merci à vous et à très vite pour la suite.

Dreadball, de le quoi qu’est ce?

Devant l’abandon de GW du jeu Blood Bowl (mais qui continuait d’exister grâce à la communauté incroyable de fan), Mantic, société anglaise qui a fait sa renommée en faisant du GW mais en moins cher, s’est mise dans la tête de sortir son BB à elle. Pour cela, il fallait deux choses: une idée originale (sinon à quoi ça servait?) et un raccord avec l’univers de la gamme. Après une longue période, en 2012, le jeu voit le jour.

Au niveau de l’histoire, le jeu dépeint un jeu de sport futuriste à l’échelle interplanétaire. A ce titre, il s’inscrit parfaitement dans l’univers de la gamme. On y retrouve des peuples et des visuels présents dans des jeux comme Deadzone ou Warpath. On est clairement dans la continuité et dans le raccord scénaristique.

Maintenant le plus dur… arriver à se démarquer de BB. Dreadball est un sport futuriste ultraviolent. Il oppose des équipes de 6 (jusque 14 joueurs) dans un sport mêlant habilement football américain, handball et Rollerball (oui oui je parle bien du film). Le jeu a été créé par notamment Jake Thornton. Après un début mitigé, la gamme s’est bien agrandie et le jeu a rencontré un succès mérité. Il connaît d’ailleurs à ce jour une suite: Dreadball Xtreme, la même chose mais en plus violent, avec un système de paris et une possibilité de jouer à 4 en même temps.

Afficher l'image d'origine

Oui parce que Dreadball c’est du jeu à 2. Chaque joueur incarne le coach d’une équipe au choix parmi beaucoup (le choix est réellement conséquent). Légalement, il y a six joueurs de chaque côté (je dis légalement car la triche est autorisée mais attention si vous vous faîtes voir). Les joueurs se séparent en trois catégories: les Jack, les Guard, les Striker. Chacun ayant leur propre caractéristiques suivant leur catégorie mais aussi suivant leur race. Pour résumer, les Jack c’est les moyens partout mais qui peuvent tout faire. Les Guard sont là pour taper, la balle ils s’en fichent. Les Striker c’est l’inverse.

Le but du jeu est de gagner (original non?). Pour ça, deux façons. Soit en cours de jeu si une équipe atteint le score de 7 points, soit à la fin du temps réglementaire celle qui est devant le score gagne. Là aussi, petite originalité. Quand vous marquez, vous faites d’abord baisser le score de votre adversaire avant de vous faire augmenter le vôtre. Autrement dit, je suis mené de 2 points. Je marque un 3 points. Le score n’est pas de 3 à 2 mais de 1 – 0 pour moi. Cette idée est extrêmement bien exploitée et rend le jeu encore plus tendu.

Afficher l'image d'origine

Ajouter à cela, des zones spéciales pour marquer et plus vous prenez de risque plus le nombre de points peut augmenter. Vous voyez les zones colorées sur le terrain? C’est là qu’on peut marquer. Mais le gain varie en fonction d’où vous vous trouver.

Dreadball, partant des règles de BB (c’est très vite visible), arrive à proposer un jeu totalement différent, plus tendu, plus rapide et où les rebondissements sont monnaie courante. Je vous invite à jeter un oeil sur les règles complètes (traduite en française) pour vous en faire une idée. Il faut dire qu’à Dreadball tout peut arriver. Votre stratégie ne suffit pas toujours et il faut pouvoir prier les dés et les cartes pour vous donner un petit coup de pouce.

Afficher l'image d'origine

J’adore le look de cette équipe.

Alors là vous vous dîtes, mais pourquoi je vous parle de ce jeu? Outre le jeu que je l’aime vraiment bien, vous voulez dire? Eh bien avec des amis, on s’est créé un petit championnat de Dreadball au joli nom de CIDRE (ça tombe bien non?). Deux équipes chacun, deux poules, et on se rencontre une fois chacun (avant les playoff) par mois.

Je vais donc en profiter pour vous relayer les aventures merveilleuses de mes deux équipes. Je les ai prises plus au look qu’aux capacités (et pour une fois j’aurais dû faire autrement). Mes équipes sont les Chromium Chargers et les Kalimarin Ancients.

Vu ma chance légendaire aux dés, et le fait que j’ai du mal à maîtriser une des équipes (je pense), je suis loin d’être bien classé. Mais les parties apportent leur lot d’émotion et je m’amuse vraiment bien. C’est le plus important non? (non c’est pas des paroles de perdant… c’est des paroles de coach sur la sellette).

Les Nains sont dans la place!!!

Ça fait un moment que je tourne autour de Blood Bowl sans jamais vraiment franchir le pas de l’achat d’équipes. Manque de temps, manque de joueur… Les raisons sont nombreuses. Puis, je me suis mis à la version 2 sortie sur console. Cette chose a ranimé mon envie… forcément.

Du coup, je me suis mis à regarder sur la toile et notamment les sites de Crowdfunding pour voir ce qui se proposait par là. Le choix est vraiment présent. Mais parmi tout ça, j’ai entrevu le projet d’une jeune société espagnole sur Indiegogo. Les fourbes, une équipe de nain (depuis le temps que je voulais peindre du nain… sans mauvais jeu de mot), et en plus les poses semblent jolies! Forcément, au bout d’un (court) moment d’hésitation, j’ai succombé et pour les aider (oui oui uniquement pour cela voyons), j’ai participé à cette campagne.

Pour 85€, nous avions le droit à une équipe complète, sans compter les éventuelles bonus (SG) débloqués par la suite. La campagne de cette petite société, les Iron Golems, a été un (je pense) véritable succès. La communication a été bonne, l’équipe réactive durant la campagne et présente aussi durant l’après campagne. Du fait du succès de la chose, on a été très bien récompensé par l’ajout de pas mal de figurine gratuite et quelques unes en add-on (payant).

La livraison était quand à elle prévu pour Novembre. Après quelques mois d’attente, et bien entendu comme tout projet de ce type, du retard, j’ai enfin reçu ma boîte ce mois ci. Il faut tout de fois notifier que ceux qui n’avaient visiblement pas demandé la boîte de rangement ont reçu leur figurine plus tôt. Je vous laisse savourer le bon compte rendu de Nico sur son blog et les très belles photos associées.

Voici donc mon petit compte rendu de l’ouverture de la boîte. C’est un avis brut, je n’ai pas retravaillé les figurines ainsi vous pouvez voir leur qualité.



La boîte de rangement était un add-on lors de la campagne (pas si excessif). Ne sachant jamais trop où ranger mes figurines sans les abîmer, j’ai donc logiquement succombé à celle-ci.

20160221_140919

20160221_140930

L’arrière de la boîte…

La qualité est plutôt bonne. Le carton est épais et l’impression rend bien. Pas de tâches pas de ratage. L’ouverture de la boîte se fait sans résistance.

20160221_140949

20160221_141003

A l’intérieur, on retrouve deux couches de rangements (l’une sur l’autre) pour les figurines et les dés. Il s’agit de mousse traditionnellement utilisée pour le transport des figurines. Elles sont déjà compartimentées et à l’échelle. Pareil, pas de soucis de mauvaises découpures ou autres. Le tout se retire bien, sans résistance.


Maintenant place aux figurines. Voici donc ce qu’on pouvait trouver dans le pledge normal.


Les Blockers

20160221_141938

20160221_141954

Les Runners

20160221_142102

20160221_142114

Les Blitzers

20160221_142147

20160221_142158

Les Slayers

20160221_142229

20160221_142236

Le Deathrollers

Pour cette figurine, au cours de la campagne, nous avions le choix entre un Slayerdozer (avec une sorte de grosse machine devant lui) ou un Golem. J’ai opté pour le Golem qui me semblait plus classe.

20160221_141215


 

Mais comme toute chose liée à un crowdfunding, il y a des bonus… Voici donc ce que nous avons eu:

20160221_142318

Un kicker exclusif au KS

20160221_142447

De gauche à droite: Chainsaw, Bomber, Bazooka, 2 Blockers en plus (il en manque un sur la photo).

20160221_142519

Le capitaine (il a trop la classe).

20160221_142624

Parce que sans dés la vie n’est rien…


Enfin, vu que j’aime bien tout ce qui est à côté au niveau décor et ambiance, j’ai opté pour deux autres add-on qui étaient proposés à prix raisonnable.

Rozel le commissaire priseur et Pride la Cheerleader

20160221_141150

Je n’ai pas pris Dara the Slayer, dont je ne voyais pas forcément l’utilité.



 

Je dois dire que j’ai vraiment été agréablement surprise par la qualité des figurines. Il y a peu de choses à retravailler avant d’y appliquer la sous couche. Les détails sont bien présents sur chaque figurine et ça en jette! La livraison a été assez raisonnable, la communication bonne. Une bonne expérience, une bonne boîte à suivre…

 

Un petit comparatif comme d’habitude avec d’autres figurines.

20160221_141614

De gauche à droite : Zombicide, Iron Forgers, Space Hulk, Golem, Alkemy, Dreadball.

20160221_141629

De gauche à droite: Zombicide, Nain, Space Hulk, Golem.

Les Iron Golems sont sur un nouveau projet qui débarquera prochainement via Crowdfunding . Un kit prêt à jouer pour Blood Bowl. Vous pouvez voir le projet sur leur site internet via une vidéo. Je suis assez curieux de voir leur campagne. Je vous en parlerai bien entendu.

Merci pour votre lecture.

Top film 2015 (uniquement) vu au cinéma

En 2015, j’ai eu l’occasion de voir pas mal de choses au cinéma. Parmi ces nombreux films, il y a eu un peu de tout, du cinéma dit d’auteurs mais aussi du blockbuster qui tâche.

Vu que je suis dans ma période top 2015, voici donc les 10 films qui m’ont le plus plu lors de mes séances cinématographiques. Attention, ce top ne contient QUE des films vu au cinéma et sortis en 2015.

Vu que la plupart d’entre vous s’en fiche pas mal, ce post sera assez court. Autrement dit je ne ferais pas de long discours entre chaque film pour vous dire le pourquoi du comment (à moins que vous ne me le demandiez). C’est, je l’avoue, avant tout pour tester ma mémoire et pour voir ceux dont je me souviens réellement autrement dit qui m’ont le plus touché. Je dois avouer que cette année a été principalement comblée par des déceptions. Pas de choses que j’attendais ont au final été moyen voire très mauvais. Beaucoup de films dans mon top sont en réalité des films dont je n’attendais rien, voir dont j’avais un fort apriori négatif, mais qui au final m’ont très agréablement surpris.

Alors c’est parti!

Numéro 10

 

Afficher l'image d'origine

Crimson Peak de Guillermo Del Toro

J’aime beaucoup cet auteur, l’ambiance du film est énorme, même s’il souffre de quelques défauts.

Numéro 9

 

Afficher l'image d'origine

Vive les Vacances de John Francis Daley et Jonathan M. Goldstein.

On débranche son cerveau, c’est très loufoque, c’est du lourd, mais on s’est vraiment bidonné.

Numéro 8

Afficher l'image d'origine

Le Casse du Siècle de Adam Mc Kay

On ne ressort pas de ce film indemne. Une réussite.

Numéro 7

 

Afficher l'image d'origine

Agents très Spéciaux de Guy Ritchie

J’adore le réalisateur, les acteurs font mouches, l’ambiance est très bonne, les idées sont bien trouvées, un bon film.

Numéro 6

 

Afficher l'image d'origine

Ant-Man de Peyton Reed.

Un Marvel complétement décalé, un super héros pas si super, un humour omniprésent. Une réussite.

Numéro 5

 

Afficher l'image d'origine

Le Petit Prince de Mark Osborne

Touchant, émouvant, un bon mélange de techniques, une très bonne adaptation.

Numéro 4

 

Afficher l'image d'origine

Le Voyage d’Arlo de Pixar

Une très bonne surprise. Des personnages attachants et une histoire centrée sur la place des êtres par rapport à la nature. Un Pixar qui détonne par rapport aux autres mais qui en reste quand même très bon.


Un petit aparté à ce niveau du top. Jusque là, je dois dire que les places furent serrées. Pour ce qui est des trois premières, non seulement ces films se détachent clairement des autres, mais en plus ils se détachent clairement entre eux. Le numéro 1 a été LA révélation de l’année. Une claque qui le fait rentrer dans mon top 10 générale.


Numéro 3

 

Afficher l'image d'origine

Vice-Versa de Pixar

Premier Pixar de l’année (en terme de sortie), Vice-Versa offre un voyage à l’intérieur de l’être humain et des sentiments de sentiments. Clairement un des meilleurs Pixar!

Numéro 2

 

Afficher l'image d'origine

Chappie de Neill Blomkamp

Décidément, ce réalisateur est un génie. Je suis vraiment fan de ses films. Il frappe une fois encore fort avec Chappie. Attention, à ne pas mettre entre toutes les mains.

Numéro 1

 

LA CLAQUE de cette année. J’étais parti réellement négatif en allant le voir. Et boom! Finalement, c’est une merveille! Alors oui il n’y a pas vraiment de jolie scénario avec de multiples rebondissements. Mais il y a une telle maîtrise de l’image et de l’action, des idées tellement bonnes partout, un univers complétement régie par la folie humaine dans toute sa splendeur. On ne voit pas le temps passé, on ne s’ennuie pas. La seule chose qui peut lui être reproché, c’est qu’au final le film dépeint une aventure avec Max et non une aventure de Max.

Afficher l'image d'origine

Mad Max Fury Road de George Miller.



Eh voilà c’est fini. Pour moi, Mad Max est clairement au dessus du lot en 2015.

Par contre, vous pouvez remarquer l’absence de blockbuster comme Mission Impossible 5, L’ère d’Ultron, Kingsman, Jurassic World, Terminator Genesys, 007 Spectre, Pan, Strickly Criminal, Les Minions, Star Wars 7… Je les ai bien vu, ce n’est pas un oubli de ma part. Ces films ont été, dans le meilleur des cas, moyen, mais le plus souvent nul voire horriblement ennuyeux

Même remarque pour d’autres films moins connus (surtout français), qui attiraient par leur histoire, mais qui au final se sont révélés bien en deçà des attentes.

Merci de m’avoir lu et n’hésitez pas à me dire des perles que j’aurais loupé.

Mon top 10 des jeux de plateau 2015

Oui oui l’image n’a rien à voir avec des jeux de plateau…

 

 

Pour faire très original, je vais vous parler des jeux de plateau qui m’ont le plus « touché » durant cette année 2015. Parce qu’il faut quand même l’avouer, sur le plan ludique, cela a été une très bonne année.

Personnellement, même si ma capacité à jouer a été tout de même très restreinte (ami(s) joueur loin ou très occupés, pas mal de boulot, moins d’association, emploi du temps peu adapté aux autres, femme ayant besoin de plus d’heures sans jeux, …), j’ai quand même eu l’occasion de jouer à pas mal de choses.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que même en étant de plus en plus exigeant, il y a quand même des jeux qui sont sortis du lot.

Bon, histoire aussi de ne pas forcément partir trop en live, je ne vais vous en faire qu’un top 10. Pour ce qui est des critères de ce top, ils ne sont pas forcément uniquement logiques. Je m’explique, pour ce top (et parce que c’est MON top), je me réfère uniquement à mon ressenti (qui peut être sur une voire plusieurs parties). Ce qui veut dire que, contrairement à beaucoup de mes avis où j’essaye d’être le plus objectif possible, ici ce n’est que du pur subjectif. Mais même dans mon subjectif, je dois l’avouer, je me réfère quand même au ressenti des autres joueurs à la table. Une autre chose à ajouter, dans ce classement, je n’y ai mis QUE des jeux sortis en 2015 (soit en VF soit en VO) et que j’ai découvert durant cette année. Ce qui explique l’absence de titre comme Star Wars Impérial Assaut (ouh comment j’ai spolié!). Donc…

Here we go!

Numéro 10

 

Ponzi Scheme

Ce jeu a réellement créé la surprise lors d’Essen 2015. Il a été en rupture très rapidement, et, de fait qu’il s’agisse d’un jeu Coréen, il est très difficile à trouver. J’ai eu la chance d’avoir mis la main dessus.

On est dans un petit jeu d’apéro (une demi heure la partie environ), aux règles pas trop difficiles mais aux mécanismes très thématiques et très retors. On joue des professionnels de la finance, qui comme avec le système Ponzi à l’époque, doivent lever des fonds en pariant sur leur futur rendement dans différentes industries. Le principe est simple, à votre tour vous prenez un investissement qui vous permet de rembourser vos dettes auprès de vos actionnaires. Mais attention, car une fois payée, vos emprunts ne disparaissent pas, ils sont de nouveau décalés. Le jeu s’arrête dès qu’un joueur ne peut rembourser ses dettes.

Malin, ingénieux, pervers, tout en sachant resté simple, il a tout d’un grand!

Numéro 9

 

XCOM : Le Jeu de Plateau

Je dois avouer que ce jeu a une place assez particulière. Jouable théoriquement de 2 à 4, en réalité il n’est que pour 4 joueurs. C’est un jeu hybride, qui se joue entièrement à l’aide d’une application (qu’il est conseillé de prendre sur sa tablette).

Le mélange donne un rendu vraiment sympa. Mais le jeu est exigeant, et plus les joueurs maîtrisent leur rôle, plus l’expérience est plaisante. Pour ceux qui connaissent le jeu vidéo, on est proche des mêmes sensations.

J’ai notamment hésité à le faire rentrer dans le top à cause du manque de règle physique à l’intérieur de la boîte, ce qui pour moi est un réel handicape (malgré une application très bien faite).

Numéro 8

 

XenoShyft Onslaught

Un vrai Starship Troopers en deckbuilding. J’y joue beaucoup en solo et je dois vous dire que la difficulté est vraiment relevée. Fluide, simple, beau, difficile, vous devez toujours vous adapter en fonction de ce que vous avez en main.

Mixe de tower defense et de massacre humain, le jeu souffre cependant d’un petit côté répétitif si on enchaîne trop les parties.

Numéro 7

 

Steampunk Rally

C’est le genre de jeux qu’on aime ou qu’on déteste. Il n’y a pas vraiment de juste milieu. C’est un jeu dans lequel vous incarnez un inventeur de machine qui a décidé avec ses potes inventeurs de créer une course entre eux. Le principe du jeu étant de créer votre machine au fur et à mesure de la partie.

Le rendu de cette construction en temps réel est vraiment bon. Là où le jeu divise,  c’est sur le côté « on joue chacun dans son coin » et le fait qu’il y ait au final assez peu d’interaction entre les joueurs. On peut même, si on y met de la mauvaise volonté, finir par jouer vraiment chacun dans son coin (pour cela il suffit de ne pas suivre ce que les autres font). Très particulier, le jeu a un look très fun en adéquation avec la réalisation des machines.

Numéro 6

 

Specter Ops

Specter Ops est un jeu d’enquête à la Mister X ou Lettres de Whitechapel. Un joueur se retrouve seul face aux autres. Un individu s’est introduit dans des laboratoires ultra secrets pour y dérober leurs secrets. Le but des autres joueurs est de l’empêcher de repartir vivant.

Là où le jeu se différencie d’avec ses prédécesseurs, c’est dans le côté affrontement. L’espion, une fois découvert, peut essayer de se défendre. Très tendu, sombre (parfois un peu trop sur le plateau), le jeu offre des sensations que seul ce type d’expérience offre. Une bonne mise à jour de ce système.

Numéro 5

The Big Book of Madness

Et voici qu’apparaît le deuxième coopératif de ce top. Je dois avouer que j’adore les coopératifs. Mais, cette année n’a pas forcément été très riche dans ce mécanisme de jeu (même si de nombreux titres ont été annoncés surtout sur KS).

The Big Book of Madness est un jeu de deckbuilding coopératif. Il est très bien pensé et la difficulté est présente (surtout en dur). Agréable, rapide, intuitif, le jeu m’a clairement envouté alors que j’en attendais rien.

Un bémol vient de son graphisme (attention c’est très beau) ou plutôt de la volonté de mettre que des jeunes en action (choix d’ailleurs que l’on retrouve dans nombre de jeux Iello). Ce choix a d’ailleurs failli lui couter des places.

Alors là, on arrive dans le top 4. Je dois vous avouer que les places étaient réellement serrées. Le choix a été dur car on est dans des jeux vraiment exceptionnels!

Numéro 4

 

Food Chain Magnate

Ce jeu est un pur délice. Tout respire le thème: design, actions, un menus pour l’aide mémoire, graphisme, choix… C’est assez rare pour un jeu de ce type.

Vous êtes à la tête d’une chaîne de fast food et votre ambition est de devenir numéro UNO. Mais pour cela, le choix de vos actions est primordial. Serez vous un boss respectueux de ses employés? Allez vous casser les prix pour prendre des parts de marché? Allez vous jouer sur la spécification ou la multiplication des produits? Allez vous former vos employés ou les renvoyer pour ne pas les payer?

Le jeu est une réelle réussite! Là où il est vraiment fort, c’est que les règles ne sont au final pas compliqué mais tenté de sortir LA stratégie gagnante est elle très ardue!

Numéro 3

 

Forbidden Stars

Pour commencer ce top 3, rien de tel qu’un jeu de type ameritrash. Ce clone 2.0 de Starcraft a tout pour plaire. Tendu, beau, épique, fourbe.

Le but? Récupérer un certain nombre de point de victoire. Mais attention, car sous son apparence de pur affrontement se cache un jeu où chaque choix a son importance et où parfois, la course à l’objectif peut se révéler gagnant.

Numéro 2

 

Churchill

GMT a encore fait fort en cette fin d’année. Churchill est un jeu qui vous plonge dans les débats d’avant fin de guerre et dans le partage du monde entre les trois puissances qui se voulaient victorieuses. Lorsque alliance militaire rime avec volonté de tirer son épingle du jeu, les amis ne sont pas forcément ceux qu’on croit. De 1 à 3 joueurs, Churchill est une réelle réussite. Mais attention, une campagne dure… très longtemps! Mais en même temps, la guerre ne s’est pas terminée en un jour.

Numéro 1

 

Le voilà, LE choix à ne pas rater de 2015. Roulement de tambours…

Blood Rage

 

Blood Rage, dernier né du cerveau génial de Eric M. Lang, une sorte de version 2.0 de Chaos dans le Vieux Monde, est épique!

Tendu, simple, retors, fourbe, méchant, bien trouvé, magnifique, réfléchi, opportuniste, thématique…

Blood Rage est un jeu qui allie facilement joueur de tout bord. Les mécanismes sont bien pensés et le tout est vraiment fluide. C’est clairement un immanquable de cette année 2015! N’y réfléchissez pas à deux fois si vous avez l’occasion de l’essayer.

Génial tout simplement!



Merci pour votre lecture, et j’espère vous avoir donné envie ou même vous avoir fait découvrir des choses.

D’autres top s’ajouteront prochainement…

Bonne année 2016 !!!

Un deux… Un deux… Check? Check? Tiens… Ça fonctionne.

Y a quelqu’un? … … …

Eh vous! Vous êtes vivant?

Pardon? Comment ça qu’est ce que je fais? Ça ne se voit donc pas? Je sors seulement de mon bunker anti-atomique.

Comment ça quelle idée? Ben vous savez, la fin du monde, le bug de 2015 tout ça tout ça.

Queoi? Il n’y a rien eu de tout ça? L’humanité n’a pas encore disparu?

Ah… Hum… Alors euh… Voilà voilà… Merci pour l’information…

bonne-annee-2015

Je… je n’ai donc plus qu’à vous fêter une très bonne nouvelle année 2016!!!!

Vous savez maintenant pourquoi il y a eu un tel moment sans nouveautés par ici. Eh oui craignant la fin du monde, je me suis réfugié séance tenante dans un bunker pour survivre à l’Apocalypse.

Héhé niquel personne n’y verra à y redire. Et hop emballé c’est pesé, l’excuse est superbement trouvée!

Je profite donc de ce retour à la surface et de ce retour à la vie de tous les jours pour vous souhaiter les meilleures choses possibles durant cette nouvelle année, et ce dans tous les domaines (surtout ludiques!)!!!

Ah l’hiver…

Bon ok nous n’y sommes pas encore.

Mais bon c’est un peu comme si. Période de Noël oblige, j’ai beaucoup moins de temps pour jouer ou pour peindre en ce moment, alors pour écrire m’en parler pas.

Je m’en excuse par avance si, comme vous l’avez déjà remarqué, c’est plutôt calme au niveau de ces pages. Mais je ne vous oublie pas pour autant. Si je pense à vous (ou à toi qui me lis) tous les jours (non non ce n’est pas démago).

Histoire quand même de ne pas juste faire un post d’excuse, je vais vous laisser avec quelques photos du jeu Assassinorum : Execution Force. Le dernier (ou l’avant dernier si on compte The Horus Heresy comme le dernier). En attendant d’y jouer (si si c’est bien un appel du pied), j’ai peins le jeu (en même temps jouer à un GW non peint est impensable).



Les trouffions :

WP_20151013_007

WP_20151013_013

Les Gardiens du Chaos (oui oui je sais ce n’est pas leur nom technique) :

WP_20151013_009

Le Grand chef :

WP_20151013_004

WP_20151013_011

WP_20151013_012

Les quatre héros (oui c’est un jeu pour quatre joueurs) :

WP_20151013_005

 



 

Bien entendu, si j’ai l’occasion d’y jouer je vous en ferais une partie photo.

Merci de votre visite et à très vite (dès que je peux…).

Et le champion 2015 est…

Afficher l'image d'origine

C’est pas un secret, j’aime le Nascar. Depuis février, je suis intensivement cette course automobile à l’esprit si américain. Encore trop peu connue en France (même si le nombre de personnes qui s’y intéressent ne fait que grimper), c’est le seul sport automobile qui arrive à capter mon attention.

Au delà des célèbres accidents qui ont fait sa renommée (car il faut l’avouer même s’ils sont présents ils restent peu nombreux), le Nascar est plus qu’un simple sport mécanique où celui avec la meilleure mécanique l’emporte. Il s’agit aussi d’un des rares sports automobiles où les capacités d’un pilote peuvent faire la différence. De plus, une fois qu’on commence à s’y intéresser, on se rend compte aussi que de réelles stratégies se mettent en place lors d’une course, celles-ci devant s’adapter à toutes les situations. Au Nascar, jamais rien n’est acquis tout peut arriver.

Bref, j’aime le Nascar. Oui et alors, le rapport avec la choucroute? Allez vous me dire… Eh bien, aucun. Cependant, il y en a un avec l’article d’aujourd’hui.

Dimanche 22 novembre, a eu lieu la finale du Chase pour déterminer lequel des quatre pilotes encore en lice sortiraient grand gagnant de la saison 2015.

Le Chase c’est un peu comme des playoff. En gros, au cours d’une saison normale tous les pilotes se battent pour faire partie des 16 Chasers. Puis, le Chase commence. Au bout de trois courses, les quatre moins bien classés sont éliminés du Chase. Puis, trois courses plus tard rebelotte. Et on finit avec la finale opposant 4 guerriers de la piste. Ce qu’il faut savoir tout de même, c’est que durant ces éliminations, une victoire sur une course vous fait passer à l’étape supérieur d’office (après c’est selon le classement réinitialiser à chaque étape).

Et les autres dans tout ça? C’est tout simple, ils continuent à rouler et à avoir la possibilité de gagner une course. Les Chasers sont juste les seuls à pouvoir prétendre au titre. Ce qui peut provoquer des retournements de situation assez importants (hein Logano).

Afficher l'image d'origine

Voilà donc les quatre pilotes pouvant encore prétendre au titre dans cette course de Miami. De gauche à droite: Gordon (une légende dans ce sport qui fait sa dernière saison complète), Harvick (un des deux favoris et accessoirement le champion en titre), Truex Jr (le challenger d’une petite écurie) et K. Busch (le deuxième favori).

La course a donc lieu dimanche, dans la journée (heure américaine) et donc le soir chez nous. Sauf que, le temps étant de la partie, la pluie a retardé de presque 2 heures le lancement de la course. Alors que faire en attendant le départ?

Mais c’est bien sûr, rien de tel que de lancer une petite partie de Thunder Alley (c’est un peu à cause de ce jeu que je me suis mis au Nascar, pour vous dire s’il est bien).



C’est donc partie pour une course à deux sur le circuit de Pullinger’s Pyramid à Glassboro au NJ.

Deux écuries, 12 pilotes en piste, la météo est bonne, la tension monte. Drivers! Start your engine!

WP_20151122_002

Tout de suite, les pilotes sont agressifs et veulent creuser l’écart rapidement.

WP_20151122_003

Au tour 2, avant que le drapeau jaune ne sorte, l’écart est important entre les différents groupes de voitures.

WP_20151122_004

Drapeau jaune donc suite à une casse moteur de la 44, qui termine ainsi la course.

WP_20151122_005

Mise à part la 43 jaune, qui a souffert durant toute la course, l’écart s’est amoindri à la fin de ce tour.

WP_20151122_006

Les drapeaux jaunes permettent de remettre certaines voitures en piste.

WP_20151122_009

Casse de la transmission pour la 7 de l’écurie verte, fin de course pour elle.

WP_20151122_010

Une course menée tambour battant. L’écurie jaune toujours à la traine.

WP_20151122_011

Drapeau jaune bénéfique pour les jaunes. Pas mal de pit stop, un peu de prise de risque pour l’écurie jaune qui sent la fin de course arrivée. La 43 qui a été dernière toute la course revient à la troisième position lors de ce restart.

WP_20151122_013

Grâce à un travail d’équipe formidable, l’écurie jaune s’impose dans les cinq premières positions.

WP_20151122_014.jpg

A la surprise générale donc, après un dernier tour assez exceptionnelle, l’écurie jaune l’emporte.

Merci cher public, merci les sponsors, à vous les studios!



Mais qu’en est-il de la vraie course?

chase-grid-main.jpg

Finalement, c’est vers 23h00 heure française, que la course a pu enfin être lancée (le temps de sécher toute la piste à l’aide des Air Titans).

Elle s’est finie vers les 2h00 du matin (HF), avec un final assez logique et une belle victoire de …

Afficher l'image d'origine

La voiture 18, Kyle Busch !

Bravo et félicitations pour cette saison (pour l’anecdote, il a été absent un long moment suite à une blessure lors de la première course, et a réussi à s’imposer 4 fois dans le championnat régulier).

Afficher l'image d'origine

Rendez-vous en février pour la saison 2016

(en direct sur la chaîne AB Moteur)